Actualités
Développement

Le maire de Saint-Lambert se réjouit de la fermeture de l'usine Dare

jeudi le 02 septembre 2021
Modifié à 8 h 42 min le 03 septembre 2021
Par David Daigle, Le Courrier du Sud, Initiative de journalisme local

Le maire de Saint-Lambert, Pierre Brodeur (Photo : Le Courrier du Sud - Archives)

Malgré les pertes d’emplois, le maire de Saint-Lambert, Pierre Brodeur, continue de se réjouir de la fermeture de l’usine Dare prévue le 22 janvier 2022. Le développement immobilier de prestige à venir sur ce terrain permettra de générer davantage de taxes, tout en s’insérant mieux dans le paysage, croit-il. 

«Dans mon règne de maire, le plus beau legs que je pouvais faire à Saint-Lambert, c’était de rendre l’usine Dare, éventuellement, en un site résidentiel», affirme M. Brodeur.

Il se plait à dire que les firmes d’architecture qu’il a rencontrées lui disent que Saint-Lambert est le «Westmount de la Rive-Sud». «Il faut en être fier et ce n’est pas prétentieux de dire cela. C’est ce que nos prédécesseurs ont construit et c’est à nous de le préserver», renchérit-il. 

Le maire promet que ce projet donnera un nouveau souffle au centre-ville en raison d’une nouvelle clientèle qui consommera dans les commerces locaux.

De plus, il prétend que le terrain de Dare est un endroit stratégique à un tel développement résidentiel de prestige, à proximité du parc L’Espérance, qui constitue «un poumon de Saint-Lambert». L’accès aux installations sportives et le magasinage dans les commerces de proximité se font à pied ou à vélo.

«Vous êtes toujours à dix minutes de tout et à proximité du centre-ville», vante-t-il. 

Par ailleurs, le maire Brodeur entrevoit avec satisfaction le fait que les véhicules lourds ne circuleront plus dans ce secteur. Il dit vouloir redonner une vie paisible et agréable aux citoyens du quartier où se trouve une école primaire. 
«Tôt ou tard, il y aurait eu des accidents», déclare-t-il.

«J’avais une vision de rendre ce secteur résidentiel parce qu’à Saint-Lambert, on est résidentiel à 98%.»
-Le maire Pierre Brodeur

Deux offres et une décision d’affaires 

Avant l’annonce de la fermeture de l’usine, M. Brodeur s’est rendu à Toronto et a rencontré le vice-président de Dare, William Farrell, pour lui expliquer sa vision des choses et son projet de revitalisation du terrain, alors que les actionnaires avaient reçu deux offres d’achat pour celui-ci. 

La première offre était pour une usine de biscuits pour animaux, alors que la deuxième était formulée par un groupe qui voulait développer une industrie de cannabis. «Vous imaginez à Saint-Lambert une industrie de cannabis? Ce n’est pas gagnant, comme on dit. J’ai réussi à vendre à M. Farrell le projet que cela devienne résidentiel et cela a été accepté par la famille Dare et son conseil d’administration», dit-il avec fierté.

Dare a pris la décision d’agrandir son usine de Cambridge en Ontario. 

Malgré les critiques de certains membres du conseil municipal, le maire de Saint-Lambert dit ne pas avoir de regrets d’avoir fait ce voyage d’affaires. 

La meilleure dépense que j’ai pu faire, c’est d’être allé à Toronto, aux frais de la Ville, et de négocier avec M. William Farrell, pour l’avenir de Saint-Lambert», confie-t-il.  

Démarches avec l’usine Dare

Le maire considère que la direction de l’usine Dare a agi de façon civilisée lorsqu’elle a pris la décision de fermer l’usine de Saint-Lambert. «Ils ont donné un préavis d’un an. De plus, ils ont offert aux employés de se relocaliser à une autre usine de Sainte-Martine et, éventuellement, en Ontario. Je tiens à les remercier de cette délicatesse», dit-il.
Questionné sur les plans de maintien de l’usine Dare à Saint-Lambert, le maire Pierre Brodeur répond : «Dare a tout fait pour maintenir l’usine en opération. La nouvelle technologie, le coût de production versus le profit rendaient l’opération extrêmement difficile et non rentable».

«Ils ont plusieurs usines et ils sont capables de faire des comparables. Le coût de production à Saint-Lambert était le plus élevé versus d’autres usines qu’ils ont à travers le monde», selon M. Brodeur. 

Le projet immobilier soumis à la population

Après une première consultation en juin, des consultations publiques concernant le développement Pur Immobilia sont prévues en 2022, assure Pierre Brodeur. En raison de la pandémie de la COVID-19, il est prévu qu’elles se réalisent virtuellement ou en présence des citoyens si la situation sanitaire le permet.

À lire aussi: Pur Immobilia mènera un projet résidentiel sur les terrains Coupal et Dare 

À lire aussi : Le syndicat remet en question les propos du maire de Saint-Lambert

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous