Actualités

Une Sainte-Catherinoise à la tête d’une entreprise axée sur la sécurité civile

mardi le 25 mai 2021
Modifié à 11 h 44 min le 26 mai 2021
Par Vicky Girard

Gracieuseté

L’entreprise StraTJ mise sur la prévention afin que les municipalités, entreprises et organisations soient prêtes à affronter une situation d’urgence. Elle le fait à l’aide de formations, de technologies et de matériel. Josée Boudreault, originaire de Charlevoix, dit avoir eu un coup de cœur pour la Ville de Sainte-Catherine, où elle a décidé d’y démarrer sa compagnie il y a 7 ans, en télétravail. Celle-ci partage avoir toujours eu un intérêt pour ce domaine, étant issue du milieu industriel et municipal, dans lesquels elle a été responsable de la santé et sécurité, notamment. «J’ai toujours été intéressée à suivre par moi-même des formations à ce sujet et à aller dans des colloques. Je me suis inscrite à la Polytechnique à Montréal pour parfaire mon expertise, entre autres», raconte-t-elle. Les services de StraTJ sont utiles dans des cas, par exemple, de déversement de matières dangereuses, de tornades, d’inondations ou d’autres situations nécessitant une réaction immédiate. En temps de crise sanitaire, qu’elle affirme avoir vu venir au Québec avant mars 2020, l’entreprise a également développé des outils pour l’arrivée de nouveaux besoins à distance.
«On complète et soutient les forces d’intervention pendant un événement. Souvent, quand on le vit, on n’a pas à proximité l’équipement qu’il faut.» - Josée Boudreault
Environ 200 villes québécoises sont desservies par l’entreprise qui est en processus de développement au Canada et en Europe. Trois volets L’équipe permanente de 10 personnes est composée de membres ayant participé à des mesures d’urgence et qui sont spécialisés en ce sens, explique la Sainte-Catherinoise. Elle opère en trois volets. D’abord, des services professionnels sont offerts. Il s’agit de mettre en place des formations, des plans de mesures d’urgence et des simulations d’urgence qui sont devenues virtuelles cette année. Ensuite, des technologies développées à l’interne, dont une application, sont disponibles. «Il n’y avait rien sur le marché qui correspondait à ce dont on a besoin en cas de situation d’urgence que je recherchais. J’ai donc engagé un programmeur pour développer ce volet», détaille l’entrepreneure.
Photo gracieuseté.
En troisième lieu, StraTJ a créé des valises pour la portion logistique de ces services. La Régie intermunicipale d’incendie de Saint-Constant et Sainte-Catherine s’en est d’ailleurs procuré une série. Certaines contiennent «des banalités comme des batteries, une carte SD ou un câble HDMI », indique Mme Boudreault. Le matériel se trouve dans des boîtes visibles légères de type «Pélican orange» sur roulettes. «C’est dans l’optique de prévoir un plan B si le centre de coordination doit déménager et qu’il faut apporter un minimum de choses. Il y a aussi des dossards, appareils de conférence en direct, radios de communication, caméras et lampes de poche, entre autres», détaille Mme Boudreault en précisant qu’une liste du nécessaire accompagne chaque valise logistique ou d’évacuation. La Croix-Rouge, lorsqu’elle arrive après un certain délai, n’a pas toujours tout le matériel requis assez rapidement sur place, d’où l’utilité des boîtes de l’équipe logistique. Un ensemble est prévu pour l’aide aux sinistrés, puis il est possible d’en ajouter. Chaque boîtier permet de prendre en charge 10 personnes. «Ça va de la couverture à la serviette de séchage rapide aux couches pour bébé en passant par la nourriture sèche», énumère également Mme Boudreault.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous