Développement

Une école primaire et 500 logements projetés à Léry

mardi le 06 avril 2021
Modifié à 15 h 35 min le 01 avril 2021
Par Michel Thibault

Un développement majeur s’est amorcé cet hiver à Léry : la construction d’une école primaire et le lancement d’un projet résidentiel de 500 unités d’habitation. Lequel équivaut à 50 % des 1000 portes que compte actuellement la municipalité de près de 2400 âmes. [caption id="attachment_34377" align="alignleft" width="170"] Walter Letham[/caption] « La Ville de Léry n’a jamais rien vu comme ça. C’est comme l’expo ici. Jusqu’ici si on construisait une ou deux maisons par année, c’était le gros lot ! » lance le maire Walter Letham en entrevue au Soleil de Châteauguay le 31 mars. Situé au sud du boulevard de Léry aussi connu comme la route 132, le nouveau quartier offrira des maisons unifamiliales, des maisons jumelées et des immeubles à logements multiples près de l’autoroute 30. « Les édifices n’auront pas plus de trois étages; un sous-sol, le premier et le deuxième », précise le maire Letham. Il prévoit que le tout se concrétisera « d’ici environ trois ans ». « Le problème ça pourrait être les produits pour bâtir les maisons », observe-t-il, faisant référence à l’explosion de la demande de matériaux de construction en cette période de pandémie. « Quatre maisons modèles seront bâties en septembre. Les ventes vont alors commencer », informe Walter Letham. La future école et le CPE déjà en place vont attirer les jeunes familles, souligne-t-il. À terme, à 400 000 $ par habitation, la valeur supplémentaire au rôle de la municipalité se chiffrera à 200 M $. [caption id="attachment_101770" align="alignnone" width="792"] Image : Ville de Léry[/caption] Aménagement d’ensemble Pour encadrer le développement résidentiel favorisé par l’implantation de l’égout et l’aqueduc sur son territoire, Léry a adopté un ensemble de règles. Entre autres, tout promoteur doit soumettre à la ville un « plan d’aménagement d’ensemble » (PAE) sujet à l’approbation des élus. « Le PAE définit la trame de rues, les infrastructures et équipements, la typologie des bâtiments conformément au respect des seuils minimaux de densité exigés par les documents de planification régionale », précise la Ville sur son site internet. « Il est aussi important de noter qu’il appartient aux promoteurs ou propriétaires de réaliser les rues, le réseau d’égout et d’aqueduc et de contribuer à l’agrandissement et l’aménagement des étangs aérés », informe-t-elle. « On n’est pas à genoux devant aucun contracteur. On est ouvert à construire ce qu’on veut. Pas ce qu’ils veulent. On sait ce qu’on ne veut pas », martèle Walter Letham. Un exemple ? « On ne veut pas d’un château et d’une maison à côté qui a l’air du garage du château. On veut une uniformité des bâtiments », illustre-t-il. [caption id="attachment_101771" align="alignnone" width="833"] Le tracé des rues. (Image Ville de Léry)[/caption] Champs de blé d’Inde L’école et le nouveau projet résidentiel vont voir le jour sur un terrain vacant de 60 hectares identifié par la Ville comme une « zone prioritaire d’aménagement ». «C’est des champs de blé d’Inde zonés blanc», souligne le maire Letham. Seule une section proche de la route 132 comptait des arbres, qui ont été abattus. « C’était des arbres morts pour la plupart. Il y a peut-être huit ou dix érables perdus mais ça ne touche pas le boisé du tout », affirme-t-il. Léry, dit-il, est la municipalité de la Rive-Sud qui possède la plus grande superficie de terrain constructible en zone blanche. « On pourrait être aussi gros que Mercier », observe le maire Letham, Nouvelle école L’école primaire de 550 places réalisée par le Centre de services scolaire des Grandes-Seigneuries comptera six classes pour l’éducation préscolaire et 20 classes pour le primaire. "Elle sera également dotée d’un gymnase, d’une bibliothèque, d’un local spécialisé pour les arts, d’espaces collaboratifs et polyvalents et de bureaux pour le personnel administratif", détaille Hélène Dumais, porte-parole du CSSDGS. "Le budget alloué par le ministère de l’Éducation au Centre de services scolaires des Grandes-Seigneuries est de 31,5 M$", précise-t-elle. "Le projet de la nouvelle école à Léry a fait l’objet d’un appel d’offres sur une base forfaitaire globale et le résultat se veut un reflet du marché actuel et de la hausse de coûts des matériaux observée depuis un certain temps. Ce projet est en réalisation présentement et il se déroule dans le respect de l’appel d’offres." L’entreprise Bâtiments Québec, de Saint-Mathieu-de-Beloiel, a raflé l’appel d’offres de la construction avec un prix de 23,65 M $. SNC Lavallin a obtenu le contrat d’ingénierie des sols et matériaux pour un montant de 55 600 $. L’établissement  devrait accueillir ses premiers élèves à la rentrée scolaire de 2022-2023. À lire aussi : 6,5 M $ pour agrandir l'installation d'épuration à Léry

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous