Moins de propriétés à vendre dans la région métropolitaine

Photo de Philippe Lanoix-Meunier
Par Philippe Lanoix-Meunier
Moins de propriétés à vendre dans la région métropolitaine
(Photo : Archives - L'Information d'affaires d'ici)

Le marché immobilier de la grande région métropolitaine connaît un resserrement historique alors que les ventes de maisons ont augmenté en juin et que le nombre d’inscriptions à la vente a chuté.

Selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec, les ventes résidentielles se sont chiffrées à 4339 le mois dernier, une hausse de 7% par rapport au même mois l’année précédente.

Le prix médian d’une maison unifamiliale a atteint 352 250$ en juin, soit une hausse de 8% par rapport à 2018. Le coût des copropriétés a bondi de 2%, avec un prix médian de 261 000$. De leur côté, les plex de deux à cinq unités ont connu une hausse de prix de 6%, pour un prix médian de 539 000$.

Cinq des six principaux secteurs de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal ont enregistré une croissance de leurs ventes immobilières en juin. Le secteur de la Rive-Sud a enregistré une hausse de 10% de croissance de ses ventres durant cette période.

C’est également le cas de la Rive-Nord (+ 12%), de Laval (+5%) et de l’île de Montréal (+5%). Le secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu (+16%) est celui qui a affiché la plus importante vitalité. En revanche, Vaudreuil-Soulanges a enregistré un recul important de 11% de ses ventes le mois dernier.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des