L’homme d’affaires derrière le spaghetti aux grillons

L’homme d’affaires derrière le spaghetti aux grillons

Jean Philippe Bisson

Crédit photo : L'Information d'affaires d'ici - Denis Germain

Mode ou alimentation de l’avenir, la nourriture à base d’insectes s’offre dorénavant aux consommateurs. Jean-Philippe Bisson, lui, y croit. Aux côtés de son associé Gabriel Péloquin, l’homme originaire de Candiac a fondé Mélio, une entreprise qui confectionne des spaghettis à base de farine de grillons.  

«On s’est demandé comment s’y prendre pour intégrer les insectes dans l’alimentation. La fabrication de pâtes s’avère un bon moyen, car il s’agit d’un produit transformé. On peut manger cette source de protéines sans avoir l’insecte sous les yeux. Les pâtes ont une bonne texture, une belle apparence et un bon goût», explique l’entrepreneur de 25 ans.

C’est à Sainte-Geneviève-de-Bastican, en Mauricie, que Mélio produit ses spaghettis faits à partir de semoule de blé dur, de pois jaunes et de farine de grillons. Les installations louées par Mélio abritaient une ancienne usine de fabrication de pâtes. La jeune entreprise a saisi cette opportunité en janvier.

 

«Avec notre produit, on démocratise la consommation de grillons.»

-Jean Philippe Bisson, cofondateur de Mélio

 

«On a trois employés à temps partiel et nous nous occupons de la distribution», précise M. Bisson, diplômé de l’École polytechnique de Montréal en génie géologique.

Son associé est également diplômé de la même institution en génie aérospatiale.

Leur farine de grillons provient de l’entreprise ontarienne Entomo Farms.

 

Gabriel Péloquin et Jean-Philippe Bisson, cofondateurs de l’entreprise Mélio. (Photo gracieuseté)

 

Farine de grillons ou de vers ?

Au départ, M. Bisson et son collègue ont songé à employer des vers à farine pour leurs pâtes.

«Le ténébrion [nom du ver] est un scarabée. Ceux qui en font l’élevage l’utilisent au stade larvaire parce que c’est à ce moment-là qu’il est le plus nutritif», affirme M. Bisson.

C’est pour des raisons de marketing, que leur choix s’est porté vers les grillons.

«On croit que les gens sont plus ouverts à goûter des pâtes faites avec ces insectes», dit-il.

Le principal intéressé croit que les mentalités face à l’alimentation à base d’insectes évoluent rapidement.

«Quand on a commencé notre projet, il y a deux ans, il fallait expliquer pourquoi qu’on voulait mettre des grillons dans nos spaghettis. Maintenant, les gens savent qu’on va chercher des protéines de manière écoresponsable. Consommer des insectes, c’est une question de durabilité. Les ressources pour les produire sont beaucoup plus faibles que celles pour le bétail», soutient Jean-Philippe Bisson.

«La consommation de bœuf est en baisse au Canada, poursuit-il. Lentement, mais sûrement, le bœuf va devenir un produit de luxe.»

 

Déclic

Comment deux diplômés de l’École polytechnique de Montréal se sont-ils lancés dans cette confection? «Dans notre formation, on pouvait choisir une orientation. Une concernait le développement durable. C’est pendant ces cours que nous avons été sensibilisés à ces enjeux. On s’est demandé ce qu’on pouvait faire pour l’environnement», déclare Jean-Philippe Bisson.

C’est en prenant connaissance d’un rapport sur l’ONU qui mentionnait que les protéines d’insectes constituent une façon responsable pour l’environnement de s’alimenter que le déclic pour ces jeunes entrepreneurs s’est fait.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, il faut en moyenne 2 kg d’aliments pour produire 1 kg d’insectes, tandis que les bovins exigent 8 kg d’aliments pour produire 1 kg d’augmentation de la masse corporelle animale.

On peut se procurer les spaghettis via le site de Mélio ou au magasin de produits en vrac Loco à Brossard.

 

Description

Saveur : Il n’y aurait pas vraiment de différence, selon les commentaires de l’entourage des cofondateurs. Sur le site de Mélio, on indique que «ces pâtes ont un goût tout à fait comparable à celui des pâtes traditionnelles, avec de légères notes de noisette».

Texture et couleur : Raffinée et teinte ambrée. La farine de grillons ressemble par sa coloration à de la cannelle.

Nutrition : Les spaghettis Mélio renferment 25g de protéine par portion de 85g, ce qui procure une sensation de satiété plus prononcée que la consommation de pâtes blanches, affirme M. Bisson. «Nos pâtes peuvent remplacer un repas de viande par semaine. Et si on ajoute une petite sauce tomate, elles constituent un met complet», souligne ce dernier.

Cuisson : Ces spaghettis cuisent plus rapidement que les pâtes traditionnelles, soit environ trois minutes.

Prix : Le coût pour quatre boîtes de 170 g est de 27,96 $.

Commenter cet article

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des