Le budget démontre «une volonté de rendre les entreprises plus compétitives», selon la FCCQ

Le budget démontre «une volonté de rendre les entreprises plus compétitives», selon la FCCQ
Stéphane Forget (Photo : Archives – L’Information d’affaires d’ici)

Le premier budget du gouvernement de la CAQ présenté hier fournit des outils intéressants pour assurer la compétitivité des entreprises et les épauler dans leurs défis de main-d’œuvre, croient la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS).

«Les entreprises vont se reconnaître dans ce budget économique qui vise à les aider à recruter la main-d’œuvre dont elles ont besoin, à ajouter des mesures pour améliorer leurs moyens de production et à prendre le virage numérique», a commenté le président-directeur général de la FCCQ Stéphane Forget par voie de communiqué.

«Ce budget vise aussi à leur simplifier la vie lorsqu’elles font affaire avec l’État pour se développer», a ajouté le président de la CCIRS Richard D’Amour.

Un coup de main pour le recrutement et la rétention

«La réduction des impôts des travailleurs expérimentés et celle des charges sur la masse salariale pour les entreprises qui les
embauchent constituent des mesures gagnants-gagnantes», ont souligné MM. Forget et D’Amour, qui souhaitent que l’aide aux petites entreprises puisse être étendue aux plus grandes, à la lumière des résultats de ces mesures.

Pour la FCCQ, active pour favoriser l’intégration des travailleurs issus de l’immigration dans les entreprises en région qui ont des postes à combler dans les domaines de compétences professionnelles des immigrants, l’investissement de 730 M$ supplémentaires sur cinq ans contribuera à répondre aux besoins de main-d’œuvre des entreprises du Québec.

Cependant, alors que les entreprises se transforment, les travailleurs en emploi doivent quant à eux pouvoir bénéficier de formations leur permettant de s’adapter à ces changements.

Équilibre budgétaire et croissance des entreprises

La bonification de la capitalisation d’Investissement Québec de 4 G$ à 5 G$ pour la prochaine année lui permettra d’investir davantage auprès des entreprises, notamment sous forme de prêts et prises de participation. Cela constitue une réponse à la demande de la FCCQ de faciliter l’accès au capital, particulièrement pour soutenir la croissance des entreprises.

En plus de poursuivre les versements au Fonds des générations, le gouvernement maintient l’équilibre budgétaire en s’attaquant plus tôt que prévu à la réduction de la dette brute, avec pour objectif d’atteindre 45% du PIB en 2025-2026.

Développement économique des régions

Pour la FCCQ et la CCIRS, l’objectif de déployer le plus rapidement possible le réseau Internet haute vitesse et la téléphonie cellulaire dans les régions qui ne sont toujours pas desservies faisait partie des priorités de ses recommandations prébudgétaires.

«Le gouvernement réserve 400 M$ pour les sept prochaines années, mais nous croyons tout de même qu’il doit y avoir un maximum de branchement au réseau à l’intérieur du mandat d’ici 2022», a indiqué Stéphane Forget.

L’ajout de 15 G$ supplémentaires dans le Plan québécois des infrastructures 2019-2029 est également une bonne nouvelle, puisqu’il est nécessaire de se doter des ressources qui permettront de combler les besoins en développement, mais également en maintien des actifs.

La CCIRS se réjouit par ailleurs de l’annonce de l’implantation de voies réservées sur la route 116 et l’autoroute 20, ainsi que l’annonce de l’implantation d’un mode de transport collectif structurant sur le boul. Taschereau et dans l’axe du prolongement de la ligne jaune du métro à Longueuil.

«Nous aurions aimé en connaître davantage sur ce qui adviendra de l’autoroute 30; nous espérons obtenir des éclaircissements dans un avenir rapproché» a ajouté le président de la CCIRS.

(Sources: FCCQ et CCIRS)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des