L’appel de la terre de deux jeunes Verchèrois

L’appel de la terre de deux jeunes Verchèrois
(Photo : Steve Martin - Initiative de journalisme local - La Relève)

Christine Gagné et son conjoint Marc Filteau ont fait le grand saut en se portant acquéreurs de la ferme Les Arpents au carré située à Cowansville. Aujourd’hui, ce sont leurs propres légumes qu’ils offrent chaque semaine aux visiteurs du marché de leur coin de pays.

«Ç’a été une très bonne journée pour nous, raconte Christine au lendemain d’un dimanche fructueux au Marché fermier de Verchères. Nous avons fait de bonnes ventes. C’est un marché que les gens apprécient beaucoup, car il y a de la variété.»

Pour l’agricultrice, ce genre d’événement organisé à différents endroits chaque semaine permet avant tout aux producteurs d’être en contact avec ceux qui consomment les denrées qui ont été cueillies sur leurs terres.

«Nous aimons l’idée de nous déplacer, poursuit Christine Gagné. Ça nous permet d’avoir une proximité, un contact direct avec les gens. En coupant un intermédiaire, les acheteurs peuvent également se procurer les produits les plus frais possible. Pour nous, c’est une étape importante dans notre travail. C’est une formule que les gens aiment beaucoup et qui véhicule de belles valeurs communautaires. Les consommateurs peuvent poser des questions au fermier et avoir des renseignements sur ce qu’ils achètent. Ils peuvent connaître l’histoire derrière la production d’un certain fruit ou d’un légume.»

Un projet commun

Pour Marc et Christine, c’est toujours le début de l’aventure puisqu’ils en sont à la seconde année d’exploitation de leurs terres.

«Pour nous deux, ç’a été un revirement au niveau de la carrière, explique celle qui a auparavant travaillé comme coordonnatrice à la maintenance pour une industrie agroalimentaire alors que son conjoint évoluait plutôt dans le monde de la construction. Marc et moi, nous avions des carrières dans d’autres domaines, mais nous avons eu l’appel et nous avons fait des choix. Nous avons des approches différentes, mais nous nous retrouvons dans ce projet commun. Alors nous sommes retournés à l’école et nous avons été chercher de l’expérience chez d’autres maraîchers avant de nous lancer.»

Malgré la distance de plus d’une centaine de kilomètres qui sépare leur ferme de leur lieu de résidence, les partenaires sont aujourd’hui heureux de revenir chaque dimanche au petit marché de leur patelin pour présenter leurs produits.

«On fait plus de millage que d’autres, mais en tant que résidents, c’est important pour nous d’y être.»

Un texte de Steve Martin, Initiative de journalisme local, La Relève

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires