La production de masque avant celle du prêt-à-porter

La production de masque avant celle du prêt-à-porter
La pandémie a accéléré le projet entrepreneurial de deux amis. Mais au lieu de concevoir du prêt-à-porter, ils proposent des masques en ce moment (Photo : (Photo - courtoisie))

Éric Jean et Charles Brabant se connaissent depuis toujours. Ils sont pratiquement cousins. Le premier évolue en graphisme et le second en mode créative. Les Campivallensiens envisageaient se lancer une entreprise de prêt-à-porter. Mais au lieu des hoodies, Papa masque produit l’item mode du moment.

«C’est un plan qu’on avait, on en discutait déjà de partir notre entreprise de prêt-à-porter et d’emballage écologique, indique Charles Brabant. La COVID a été l’élément déclencheur pour nous lancer. En ce moment, on préfère produire des masques lavables et réutilisables même si on est conscient qu’il s’agit d’une entreprise éphémère.»

En trois semaines, l’entreprise Papa masque était incorporée. La recherche de matériaux était amorcée et déjà une production de 11 500 masques est en cours. «On souhaite proposer des masques de protection légers et faciles à porter avec imprimé, mentionne M. Brabant. J’ai développé le patron et le prototype tandis qu’Éric a développé les imprimés qui utiliseront le principe de la sublimation. »

Les masques seront conçus en coton et polyester avec un filtre en polyprophylène. Leur conception nécessitera un minimum de couture afin de pouvoir les offrir à bon prix. Ceux-ci sont disponibles sur le site Internet doté de la plateforme Shopify.

Outre le duo, la conjointe de Charles, maman masque, est impliquée dans le projet. La production de masque est à la mode au Québec. Une cinquantaine d’entreprises se seraient lancées dans le projet, sans compter les initiatives de groupes sociaux ou communautaires.

Production locale

Trois ateliers qui emploient chacun entre 3 et 7 employés mettent le fil aux tissus pour Papa masque. Charles apprécie la production locale et il est reconnu pour aider les entreprises en ce sens.

L’entreprise offre d’ailleurs un forfait corporatif aux entreprises qui désirent offrir le masque à leurs employés. Le principe de sublimation permet d’ailleurs d’imprimer les logos de façon adéquate et précise sur le polyester. Parce que consommer local c’est consommer de façon responsable, Papa masque va remettre 5 % des masques produits à la communauté via les entreprises locales.

Éric et Charles sont deux passionnés qui se complètent bien. Les qualités entrepreneuriales et artistiques de chacun insufflent un dynamisme à la jeune entreprise.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des