La dernière fournée de Chez Berger

La dernière fournée de Chez Berger
(Photo : Google Street View)

Lors de la dernière séance ordinaire du conseil municipal de Verchères, le 8 septembre, le maire Alexandre Bélisle a tenu à souligner l’apport de Jean-Paul Berger à la vitalité et à la diversité culinaire de la région. Le pâtissier d’exception a fermé les portes de son commerce à la fin du mois d’août après avoir été en service durant 34 années.

Originaire de Rivière-du-Loup, Jean-Paul Berger s’est installé dans la région métropolitaine à la fin des années 1970 et a entrepris de perfectionner son art. Autodidacte, le pâtissier souhaitait s’installer dans une maison au cachet historique afin d’ouvrir son propre commerce.

Cette maison de pierre âgée de 200 ans, il l’a trouvée au 310, route Marie-Victorin, en 1986. C’est à cet endroit qu’il recevait depuis les gourmands de la région, y compris l’ancien premier ministre du Québec Bernard Landry, qui comptait parmi sa clientèle.

Lui-même résident de la région, le chef et chroniqueur gourmand Philippe Mollé fait par ailleurs partie des nombreux curieux qui ont succombé au charme de l’endroit au fil des ans.

«Berger a su adapter sa boutique au charme chaleureux de cette demeure qui séduit tout de suite en entrant, a notamment écrit dans Le Devoir celui qui œuvre aujourd’hui au bistro L’Arrivage de Pointe-à-Callière. Des odeurs de sucre et de caramel titillent nos narines et se mélangent avec finesse à celles du pain chaud qui fait chanter sa croûte. En passionné qu’il est, M. Berger fabrique des tartes qu’il remplit de petits fruits de la région l’été et de sucre cuit, de pommes ou de sirop d’érable qu’il ajoute à ses préparations l’hiver. Chez Berger, la bonne humeur est de mise, bonne humeur qui se retrouve jusque dans les pâtisseries.»

Ardent défenseur des produits locaux, Jean-Paul Berger offrait à ses clients, outre ses pâtisseries, différentes trouvailles du terroir québécois, fromages et charcuteries notamment.

La Ville de Verchères a l’intention de souligner prochainement le départ à la retraite de cet artisans dont les confections vont certainement manquer aux fines bouches de la région.

Texte de Steve Martin, Initiative de journalisme local, La Relève

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires