Fermeture des restos : les propriétaires trouvent la décision injuste

L'Information d'affaires d'ici
Fermeture des restos : les propriétaires trouvent la décision injuste
Cuisinier au M Resto-Bar, à Sainte-Catherine (Photo : Gracieuseté)

L’Association restauration Québec (ARQ) affirme qu’elle digère très mal la décision du gouvernement Legault de fermer les salles à manger des restaurants situés en zone rouge à compter de jeudi, 1er octobre, et ce, jusqu’au 28 octobre.

«Les restaurateurs sont d’autant plus sous le choc qu’encore la semaine dernière le premier ministre lui-même affirmait que le problème « n’est pas dans les bars, ni dans les restaurants, ni dans les rassemblements extérieurs (…). Le problème est dans les maisons ». Ils comprennent mal qu’aujourd’hui il ne soit même plus possible de manger au restaurant avec son conjoint ou sa famille bien que les restaurants, contrairement aux rassemblements privés, offrent un environnement sécuritaire, contrôlé et encadré par des normes sanitaires élevées», déplore leur association.

Elle ajoute que la frustration est grande chez les restaurateurs, d’autant plus qu’ils sont nombreux à avoir dépensé beaucoup d’argent pour se conformer aux mesures sanitaires, afin de recevoir les clients en toute sécurité, et ce, sans aide gouvernementale.

«La preuve que ces efforts ont payé est qu’il y a eu peu d’éclosion dans l’industrie de la restauration, vante leur association. Cela démontre la pertinence de garder ouvertes les salles à manger plutôt que de laisser la population errer pour leur besoin de socialisation vers des rassemblements dans des lieux privés non surveillés.»

Touchés durement

La restauration est l’une des industries les plus touchées par la pandémie à la COVID-19. Pour les sept premiers mois de l’année 2020, les ventes totales des restaurants du Québec ont chuté de plus de 30 %, dévoile l’ARQ.

«Pour ceux avec service aux tables, on parle d’une baisse des ventes de près de 40 % jusqu’à maintenant. Sur une base annuelle, cela représente des ventes perdues de plus de 4 milliards de dollars», dit-elle.

Sans mesures d’aide, la fermeture des salles à manger, annoncée le 28 septembre, risque de précipiter des centaines d’entreprises de restauration vers des fermetures permanentes, craint l’ARQ.

L’ARQ souhaite les mesures suivantes:

  • la suspension par décret du versement des loyers commerciaux et l’interdiction d’expulser un locataire pour non-paiement de loyer;
  • un congé de versement de la TPS et de la TVQ à remettre le 30 septembre;
  • l’annulation ou le remboursement des taxes foncières versées équivalant au nombre de mois où les salles à manger des restaurants ont dû rester fermées;
  • la mise sur pied d’un programme de compensation pour la perte de stocks périssables.

Opinion partagée

Restaurants Canada partage l’opinion de l’ARQ.

«L’industrie de la restauration a l’impression que peu importe ce qu’elle aurait pu faire, ça n’aurait jamais été assez de toute manière. La décision de refermer les salles à manger semble n’avoir aucun lien avec les conditions réelles d’éclosions dans les restaurants et cela la rend encore la décision plus difficile à avaler. Malgré des efforts colossaux, il semble qu’on ait décidé que la restauration fait partie des coupables et qu’on doit en faire un bouc-émissaire. C’est une décision malheureuse qui ne semble pas cadrer avec les orientations de relance économique du gouvernement», déplore David Lefebvre, vice-président affaires fédérales et pour le Québec chez Restaurants Canada. (H.G.)

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires