Entre 60 et 80 tonnes de «serpuariens» en moyenne par jour chez eCycle Solutions

Entre 60 et 80 tonnes de «serpuariens» en moyenne par jour chez eCycle Solutions
L'usine Solution eCycle de Valleyfield re¸oit tous les produits électroniques de l'est du Canada voués au recyclage ou à la réutilisation. (Photo : (Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin))

eCycle Solutions reçoit entre 60 et 80 tonnes de vieux matériels électroniques par jour à son usine de la rue Robineault à Salaberry-de-Valleyfield. Du lot, au moins 96 % peut être recyclé ou réutilisé.

Téléviseurs, ordinateurs, piles, appareils ménagers font tous partie des «serpuariens» qui s’entassent dans l’usine. «On dessert tout l’est du Canada, soit le Québec, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve, indique Marc Brunette, directeur développement des affaires pour le Québec et l’Atlantique. L’Association pour le recyclage des produits électroniques (ARPE) et Recyc-Québec, par leurs points de dépôt dans les écocentres, nous amènent la matière. On compte aussi sur divers clients corporatifs. »

Plastique, métaux, et vitres se retrouvent dans la majorité des appareils. Mais leur composition évolue et implique également divers produits chimiques. Gel refroidisseurs, lithium et autres éléments chimiques sont extraits. «Par exemple, on retrouve du plomb dans les vieux écrans à tubes, explique M. Brunette. C’est important de ne pas les envoyer aux déchets, parce que ça va se retrouver dans la nappe phréatique. Au Québec, il y a un bon travail d’éducation de fait en ce qui concerne le recyclage, mais certains conservent de mauvaises habitudes. »

Les circuits électroniques sont envoyés dans une fonderie où on peut séparer des métaux précieux comme l’or.

Tous les rebuts électroniques récupérés auprès des écocentres ou de leurs équivalents de l’est canadien sont acheminés chez eCycle Solution à Valleyfield. (Photo Journal Saint-François – Pierre Langevin)

Avec minutie, on réussit à obtenir un taux de recyclage entre 96 et 97 %. Le directeur développement des affaires, Québec et Atlantique mentionne que les produits traités évoluent beaucoup. L’entreprise doit donc continuellement améliorer le processus de travail afin d’être le plus efficace possible.

En ce qui concerne le plastique, eCycle Solutions n’est pas affectée par la possible fermeture du centre de tri du Groupe TIRU de Châteauguay. «Le plastique que l’on génère est propre et n’a pas été en contact avec de la boue ou de la nourriture, mentionne M. Brunette. On a des portes de sortie pour ces plastiques. Du même coup, on s’assure que tous nos fournisseurs possèdent les autorisations nécessaires afin de leur envoyer. »

Certaines ententes sont également prises avec des clients. Des institutions scolaires, médicales ou bancaires renouvellent leur inventaire électronique à intervalles régulières. eCycle Solutions à la capacité d’effacer puis reformater des items comme des ordinateurs qui peuvent ensuite être remis en vente à travers un réseau de boutique de seconde main.

De vieilles tours d’ordinateur sont récupérés à partir des installations campivallensiennes. (Photo Journal Saint-François – Pierre Langevin)

Exemples de «serpuariens»

Dispositifs d’affichage
Téléphone conventionnel et répondeur automatique
Ordinateur de bureau et portable
Périphériques d’ordinateur et de jeux vidéo
Imprimantes, numériseurs, télécopieurs, photocopieurs et appareils multifonctions de bureau
Systèmes audio/vidéo portable personnel
Système audio/vidéo non portable
Ensemble de cinéma maison
Systèmes audio/vidéo et de localisation pour véhicules
Appareil cellulaire et téléavertisseur

La prévention contribue au succès

L’entreprise eCycle Solutions est désormais dans son 16e mois consécutif sans accident de travail avec perte de temps. C’est un changement de culture qui s’est instauré au cours des dernières années et qui implique l’ensemble de la direction et des employés.

Marc Brunette, directeur développement des affaires pour le Québec et l’Atlantique chez eCycle Solution. (Photo Journal Saint-François – Pierre Langevin)

L’usine a subi plusieurs transformations depuis sa mise en opération il y a un peu plus de 10 ans. L’environnement de travail était auparavant bruyant et poussiéreux. Si en 2017, on avait recensé 35 accidents dont 17 avec perte de temps, on ne comptait que 17 incidents l’an dernier et ils étaient tous mineurs. «Il y a deux ans, on a pris la décision d’allait chercher de nouveaux équipements parce qu’on ne rencontrait pas les normes de production, mentionne Marc Brunette, directeur développement des affaires pour le Québec et l’Atlantique. On a aussi bâti une usine à Toronto ce qui nous a permis de faire un grand nettoyage à Valleyfield. »

Solutions e-Cycle est membre de l’expertise privée de l’économie verte du Québec, qui lui a remis un prix Envirolys cet automne. Celui-ci reconnaissait les pratiques innovantes déployées pour améliorer la santé et la sécurité.

L’usine de Valleyfield a grandement amélioré ses méthodes de travail ce qui a contribué à un environnement plus sécuritaire. (Photo Journal Saint-François – Pierre Langevin)

Ce nouvel environnement de travail combiné à un changement de culture a permis à l’entreprise d’améliorer sa rétention d’employés. En 2018, 50 % de la main d’œuvre avait un an ou moins d’ancienneté; aujourd’hui 34 des 45 employés sont à l’emploi depuis au moins deux ans. «La direction a été rigoureuse et n’a pas lâché, a indiqué Audrey Vincent, partenaire d’affaires en ressources humaines. Elle a annoncé que la santé et la sécurité étaient ses priorités et est à l’écoute de ses employés qui font des suggestions sur le plancher. »

Elle reconnaît que ce changement de culture n’a pas été facile, mais chacun s’y est dédié. Avec des activités de reconnaissance et divers incitatifs, les employés se sentent davantage impliqués. «On compte sur un personnel très engagé, laisse entendre Mme Vincent. Les employés sont fiers et ont un bon sentiment d’appartenance. On le constate de plus en plus. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des