D’impressionnantes décorations confectionnées localement

Photo de Katherine Harvey-Pinard
Par Katherine Harvey-Pinard
D’impressionnantes décorations confectionnées localement
La tête de squelette est située au coin du boul. Taschereau et du chemin Saint-Jean, à La Prairie. (Photo : Gracieuseté)

Un imposant crâne de squelette confortablement installé au coin du boul. Taschereau et du ch. de Saint-Jean, à La Prairie, attire l’œil des passants depuis quelques semaines. L’impressionnante décoration d’Halloween est l’œuvre d’une entreprise locale, l’Escouade l’atelier.

C’est également elle qui a confectionné le grand bonhomme à la tête de citrouille situé devant la caserne des pompiers. Ces deux œuvres ont été créées à la demande du département des loisirs de la Ville.

«Le crâne a été fait sur une machine de découpe numérique. On a fait des plans par ordinateur, explique la propriétaire Marie-Hélène Pouliot. Les formes en styromousse

Une employée travaille sur le bonhomme à la tête de citrouille, qui a été placé devant la caserne de pompiers. Photo gracieuseté.

ont été découpées grossièrement. On les a assemblées, puis on les a sculptées à la main avec des scies, des exactos, des sableuses, nos mains, etc.»

Un enduit protecteur a ensuite été installé afin de durcir la sculpture et la protéger contre les intempéries. Puis, l’apprêt, la peinture et les effets ont été ajoutés.

«J’ai expliqué à la Ville que ça pourrait être un décor qui serait évolutif avec les années, mentionne Mme Pouliot. On peut modifier le crâne, le peindre et ajouter des éléments d’une année à l’autre.»

Quant à l’autre création, elle a été montée sur une structure d’acier.

«Ses mains ont été sculptées à la main. Il y a du tissu, du bois, du styromousse toutes sortes de choses», énumère-t-elle.

Plus de 200 heures

Au total, sept personnes ont travaillé sur chacune des deux sculptures. La tête de squelette a nécessité environ 150 heures de travail, tandis que le bonhomme à la tête de citrouille en a demandé près d’une centaine.

«C’est un projet qui a fait tripper tout le monde dans l’atelier», affirme Mme Pouliot.

L’équipe a d’ailleurs reçu, au cours des dernières semaines, plusieurs commentaires de gens impressionnés par les décorations.

«C’est le plaisir de notre métier, souligne la propriétaire. Surtout dans la période qu’on vit actuellement; les gens ont le goût de voir de belles choses, ça fait du bien. C’est vraiment valorisant de mettre à terme un projet comme celui-là.»

Une entreprise bien établie

C’est la première fois que l’Escouade l’atelier se voit confier la confection de décorations d’Halloween pour une Ville, mais il ne s’agit pas pour autant de sa première réalisation. Au contraire! Fondée il y a 19 ans par Marie-Hélène Pouliot et son conjoint Jean-François Martel, l’entreprise crée des décors pour toutes sortes d’événements de grande envergure tels que le Cirque du Soleil, le Festival Juste pour rire, les Francofolies et le Festival de jazz de Montréal.

«On est vraiment multidisciplinaire, dit Marie-Hélène Pouliot. On peut faire de tout, que ce soit de la soudure, de la peinture, de la sculpture, du moulage, etc.»

La pandémie a toutefois eu un effet dévastateur sur l’entreprise, qui a presque cru devoir fermer ses portes.

«Il ne se passait plus rien, relate-t-elle. On s’est revirés de bord. Vu qu’on a de la machinerie, on s’est demandé ce qu’on pouvait faire pour aider la société. On a donc travaillé fort pour faire des écrans de protection.»

«On s’est battus parce qu’on avait un local à payer. Ç’a été extrêmement stressant. L’aide gouvernementale nous a permis de ne pas mettre la clé dans la porte», admet Mme Pouliot.

Depuis septembre, l’entreprise se relève. Elle sera d’ailleurs bien occupée jusqu’en décembre, alors qu’elle travaille sur des décors pour des publicités télévisées, notamment.

«C’est positif et encourageant. Ensuite, on va voir. On s’adapte, comme tout le monde!» conclut-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires