Des restaurateurs fébriles à l’aube d’une réouverture fort attendue

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Des restaurateurs fébriles à l’aube d’une réouverture fort attendue
(Photo : Gracieuseté)

S’adapter, ce que fait le Québec depuis la mi-mars, est le mot d’ordre de plusieurs restaurateurs qui, depuis le 22 juin, ouvrent toutes grandes leurs portes à leurs clients. Les dernières semaines ont été dures, mais la confiance et l’optimisme sont au rendez-vous.

À lire aussi: Chauds, les masques dans les cuisines

Bien que le Quartier Général dans le Vieux La Prairie ait offert des commandes pour emporter durant la pandémie, la propriétaire Rebecca Fotiadi jugeait impensable de ne pas ouvrir la salle à manger de son petit café.

«Le take out était une bonne solution, mais ce n’est pas de ça dont les gens ont besoin en ce moment. Et c’est important que l’on soit présent. On reste un café de village», témoigne-t-elle.

Cette même envie, certes, de retrouver des clients, mais de reconnecter avec la communauté anime les restaurateurs de la rue Saint-Charles, à Longueuil. «On veut recréer l’ambiance du Vieux-Longueuil, on veut attirer les gens du quartier, expose Franco Lagiorgia, propriétaire du Messina. C’est pour ça que l’on se tient ensemble. On veut faire revivre la flamme du Vieux-Longueuil.»

Propriétaire de La Belle et La Barbe, dans l’arr. de Saint-Hubert, Guillaume Côté est confiant que les clients seront au rendez-vous. «Les gens sont tannés d’être enfermés. D’autant plus que l’on sent un intérêt pour encourager les petit restos comme nous, comparativement aux grandes chaînes.»

Un enthousiasme teinté aussi de craintes.

Distanciation, cloisons et sens unique

Deux mètres entre chaque table, et bien des tables en moins, au Magia

Retour des clients dans les restaurants ne signifie cependant pas retour à la normale. Le respect de la distanciation physique a imposé une gymnastique aux restaurateurs.

Au bistro La Belle et La Barbe, l’installation de cloisons translucides permet néanmoins de conserver pas loin de 80% de sa capacité d’accueil intérieure. Des parois séparent aussi les sièges au bar.

Propriétaire de Magia et de Madame Thaï, sur la rue Saint-Charles, Chantale Isabelle a refusé d’opter pour des cloisons de Plexiglas. «C’est très onéreux, et on ne sait pas si plus tard, ce sera une distanciation d’un mètre au lieu de deux, ou si on déconfinera complètement.»

Elle a entre autres privilégié tables basses, meubles et plantes pour créer des espaces entre les tables. Une distance de deux mètres sépare chacune d’entre elles.

«C’est mon ami COVID!» dit Mme Isabelle, en brandissant un bâton long de deux mètres, fort utile pour réaménager sa terrasse et sa salle à manger. Le deuxième étage du Magia, normalement réservé aux groupes, sera ouvert pour la clientèle régulière.

Chez Messina, à l’exception de quelques tables de quatre, les tables de deux primeront.

Au M Resto-Bar, la directrice adjointe Julie Raquepas se considère chanceuse de pouvoir compter sur les salles de réception, qui pourraient au besoin accueillir les clients du restaurant. L’annonce autorisant les rassemblements de 50 personnes ou moins est aussi de bon augure quant à la possibilité de recevoir des groupes.

La propriétaire du Quartier Général,Rebecca Fiotadi

Au Quartier Général, la disposition des tables demeure similaire, mais seule une sur deux pourra servir. Mme Fotiadi demeure aussi optimiste que le travail de collaboration avec la Ville de La Prairie permettra d’élargir la terrasse avant, qui passe de cinq à deux tables dans les dispositions actuelles.

À Longueuil, la Ville autorise les restaurateurs de la rue Saint-Charles à prolonger leur terrasse sur une partie du trottoir, et ce, jusque dans les cases de stationnement.

Chez Benny&Co, l’ouverture des succursales de Brossard et La Prairie sera possible au cours de la semaine, lorsque le matériel de protection sera livré, en plus de celui déjà installé aux caisses. La configuration a été adaptée à chaque restaurant. «On a vraiment hâte!» lance la directrice communication et relations publiques chez Benny&Co Elisabeth Benny.

Dans les restaurants Benny&Co, la configuration des restaurants permet une circulation à sens unique.

«Une hôtesse accueillera les clients qui seront dirigés, selon qu’ils cherchent une commande pour emporter ou veulent aller en salle à manger. Il y aura deux files distinctes», explique-t-elle.

Il était aussi facile de prévoir une circulation à sens unique, une porte servant d’entrée et l’autre, de sortie.

Entre autres adaptations, des restaurants offriront des menus plastifiés ou jetables, même. À La Belle et La Barbe, les menus demeurent, mais les clients sont invités à consulter le site Web du restaurant sur leur cellulaire.

Et chez tous les restaurateurs sont apparues les stations de désinfection.

Certains craignent aussi le comportement des clients: est-ce que tous seront enclins à respecter les règles et à redoubler de prudence? La responsabilité, affirment-ils, est partagée.

 

 

 

Le M Resto-Bar rend disponible ses salles de réception pour la clientèle du restaurant.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des