Chroniqueurs
Le droit des affaires

Télétravail, bien-être et stratégies de gestion

lundi le 20 décembre 2021
Modifié à 13 h 09 min le 04 janvier 2022
Par Trivium Avocats Notaires Conseils

Marianne Desjardins (Photo gracieuseté)

L’augmentation drastique du télétravail en emploi a été marquée au courant des deux dernières années. Comment peut-on gérer cette organisation du travail et le bien-être des employés ? Cette manière de travailler peut susciter un attrait à l’embauche, mais nécessite une gestion éclairée pour maintenir la productivité et la motivation des travailleurs qui sont à l’extérieur des murs de l’entreprise. L’absence de contacts face à face et la distance nécessite qu’on s’attarde à la conjugaison du bien-être psychologique des employés et du télétravail grâce à des stratégies de gestion.

Par Marianne Desjardins - collaboration spéciale

Tout d’abord, le télétravail est un droit de gérance et votre organisation peut choisir sa fréquence et sa formalisation (via une entente écrite, par exemple). Si votre organisation veut instaurer le télétravail à long terme, certaines stratégies peuvent être mises en place afin de préserver la motivation, la productivité et le bien-être de vos employés.

Premièrement, la formation est un incontournable. Vos employés doivent savoir utiliser les outils de travail technologiques pour éviter un sentiment de démotivation et une perte de productivité. Télétravailler, ça s’apprend! Cette organisation du travail déplace l’espace de travail. Il faut donc apprendre à gérer des frontières entre vie personnelle et professionnelle pour éviter un sentiment d’envahissement du travail dans son chez-soi. Par exemple, respecter un temps de début et de fin du travail. Ou encore, avoir une routine de début et de fin de journée, pour indiquer à l’esprit « l’entrée » et la « sortie » du travail.

Deuxièmement, la socialisation doit aussi être une priorité pour les télétravailleurs afin de préserver leur bien-être psychologique. Ne pas avoir de collègues peut générer un sentiment d’isolement et peut démotiver les troupes. Limiter le télétravail à un certain nombre de jours par semaine peut être une solution afin de préserver l’aspect social de l’emploi. Une bonne manière de faire pourrait être de fixer une rencontre d’équipe une fois par semaine, en présentiel sans que le temps consacré à la rencontre soit trop serré. Le temps « extra » permet des échanges informels essentiels à la socialisation des employés.

Finalement, la gestion du rendement se modifie faute de pouvoir observer directement le travail accompli. Il faut davantage assurer un suivi par objectifs et établir une solide communication dans les équipes. La confiance est aussi importante, puisque le télétravail requiert de l’autonomie. Cela ne convient pas à tous les types de postes ni à tous les employés, mais une évaluation adaptée permet de constater les lacunes et de mettre les énergies aux bons endroits pour corriger et améliorer sa performance organisationnelle.

En conclusion, cette organisation du travail nécessite un encadrement afin de vous assurer que vos employés se sentent bien, demeurent motiver et s’épanouissent même au-delà de vos murs. Le bien-être des employés en télétravail est tout à fait réalisable et peut devenir un avantage stratégique dans votre recrutement et dans la rétention de vos employés à long terme. En ces temps de pénurie de main-d’œuvre, cela peut même vous aider à vous distinguer de vos compétiteurs.

 

Sources

Anderson, A. J., Kaplan, S. A. et Vega, R. P. (2015). The impact of telework on emotional experience: When and for whom, does telework improve daily affective well-being?. European journal of work and organizational psychology, 24(6), p.882-897. Doi 10.1080/1359432X.2014.966086

Bentley, T.A., Teo, S.T.T., McLeod, L., Tan, F., Bosua, R. et Gloet, M. (2015). The role of organisational support in teleworker wellbeing: A socio-technical systems approach. Applied Ergonomics, 52, p.201-215. Doi http://dx.doi.org/10.1016/j.apergo.2015.07.019

Bosua, R., Gloet, M., Kurnia, S., Mendoza, A. et Yong, J. (2013). Telework, productivity and wellbeing : An Australian perspective. Telecommunications Journal of Australia, 63(1) p.11.1 à 11.12. Repéré à http://tja.org.au

Dumas, M. et Ruiller, C. (2014). Le télétravail : les risques d’un outil de gestion des frontières entre vie personnelle et vie professionnelle ?. Management & Avenir, 8(74), p.71 à 95. Repéré à https://www.cairn.info/load_pdf.php?download=1&ID_ARTICLE=MAV_074_0071

Greer, T. W. et Payne, S. C. (2014). Overcoming telework challenges: outcomes of successful telework strategies. The Psychologist-Manager Journal, 17(2), p.87-111. doi : 10.1037/mgr0000014

Taskin, L. (2007). Les enjeux de la déspatialisation pour le management humain : Vers de nouveaux modes de contrôles ? Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain, 489p.

Taskin, L. et Tremblay, D-G. (2010). Comment gérer des télétravailleurs ? HEC Montréal – Gestion, 35(1), p.88 à 96.

Tremblay, D-G. (2020, 27 octobre). Le télétravail : enjeux et sources de succès. CRHA. Repéré à https://ordrecrha.org/ressources/developpement-organisationnel/2020/10/teletravail-enjeux-sources-succes

Vayre, É. (2019). Les incidences du télétravail sur le travailleur dans les domaines professionnels, familial et social. Le travail humain, 82(1), p.1-39.